• En panne d'universel 

     

     

     

      

    À quand la mondialisation ?

     

    Jusqu’à quand faudra-t-il attendre pour voir apparaître, enfin, quelque chose qui ressemble à la mondialisation ? La seule véritable instance politique mondiale, celle qui peut réguler les pouvoirs des nations, c’est, pour l’instant, l’ONU et son Conseil de sécurité. Or, selon les circonstances, « les cinq » votent les uns contre les autres, par opportunisme, au nom de leurs intérêts particuliers et de leur stratégie d’alliances ou de défiance. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France s’insurgent contre Bachar el-Assad, le massacreur du peuple syrien, pendant que la Russie et la Chine usent de leur droit de veto. Ce qui devrait être le centre de la conscience mondiale n’est qu’un bac à sable où des enfants capricieux se disputent leurs jouets. C’est pathétique.

       Si ceux qui sont en charge des affaires du monde n’ont pas conscience d’eux-mêmes, s’ils sont incapables de mesurer le monde à l’échelle du monde, que font-ils là où ils sont ? De quoi sont-ils responsables ? Comment se sont-ils vu attribuer leur titre de « maîtres du monde » ? Comment exercent-ils leur fonction régalienne ?

       Que dire, pareillement, des instances mondiales chargées de contrôler l’économie ? Le FMI, la Banque mondiale sont à la solde de Goldman Sachs, HSBC, et autres philanthropes… Qu’en est-il de la communication, Google, Facebook et compères ? Ils se refusent à réguler les flux et devant le déferlement de violence et de pornographie, ils se contentent de solliciter « l’accord parental ». C’est dérisoire.

       En l’absence d’un gouvernement mondial, comment pouvons-nous globalement nous gouverner ? Qu’est-ce que c’est que cette tribu sans chef, sans rites, sans communauté ? C’est notre planète primitive avant l’apparition de la culture !

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :