• L'universel 

     

     

    La musique du monde

     

    Dans le mélange musical universel, l’individu risque-t-il de se perdre ? Un peu. Très peu. Il y gagne, pour lui-même, la constitution d’une personne. Il n’y a rien de plus personnel que le goût que nous avons tous pour la musique. Elle n’a pas besoin d’être traduite, ni convertie, ni altérée. C’est elle qui traduit nos émotions les plus pudiques. La musique est une affaire de cœur. Elle fusionne nos désirs. Ah, si nous pouvions penser comme on compose de la musique !  Mozart serait le premier philosophe du monde ! Il n’y a rien de plus apte à combiner les rythmes que la musique les Africains ont poussé très loin la connaissance qu’ils ont des rythmes et de leurs mélanges. Il n’y a rien, d’autre part, de plus sage que l’harmonie qui lie des notes entre elles pour composer des accords. Le global est cacophonique, l’universel est polyphonique. Dans notre semi-conscience planétaire, on a encore le choix entre un monde global de bruit et un universel mélodique.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :