• Education 

     

     

     

     

    Neurones miroirs

     

    Les dernières expérimentations en matière de neurones miroirs montrent que les petits hommes, dès leur naissance, sont les champions de l’imitation. Les neurones miroirs se mettent en action dès les premiers instants de leur vie mondaine. La première imitation a été enregistrée sur un bébé, né à terme, 42 minutes seulement après sa naissance.

       Autre résultat remarquable, le nouveau-né imite de préférence les humains, leurs mimiques (mot révélateur), mais aussi leurs émotions : un adulte peureux fait peur, un adulte heureux rassure. D’où l’importance de la « figure d’attachement », comme le rappelle Boris Cyrulnik. Placés devant une machine, les bébés (testés par les scientifiques) n’imitent rien, comme si leurs dispositions naturelles les amenaient à recopier l’humain d’abord. Ils commencent ainsi leur hominisation, qui sera suivie de leur humanisation… Pour parvenir à son humanité, le petit homme a besoin d’un environnement humain.

       Cela paraît une évidence. Or, nous découvrons de plus en plus de bonnes mères et de bons pères qui laissent leurs bébés s’amuser avec des téléphones, des écrans, des mini-tablettes. Et ils s’enthousiasment en constatant avec quelle déroutante facilité leurs petits génies manipulent le miroir magique.

       Je ne sache pas que l’informatique puisse rendre qui que ce soit idiot. Le danger n’est pas énorme. Mais il faut savoir exactement ce que l’on fait. L’appareil électronique, qui fonctionne à l’intelligence artificielle, est déjà une imitation de l’humain. En tapotant la vitre aux lumières vives, l’enfant est amené à modéliser, non pas sur un humain, mais sur un artefact, une copie d’humain avec toutes les insuffisances que celle-ci comporte.

       Quand on parle de sécurité, les fabricants de tablettes pour bébé, les scientifiques mis à contribution, certifient que les machines sont sans risque pour la santé : pas de cancer précoce à craindre, en gros. Les psychologues bien en cour assurent même que l’intelligence des petits peut se trouver « augmentée » par le processus. Dans une civilisation de la performance, l’argument est définitif. Mais quelle intelligence « augmentée » les petits geeks vont-ils développer ? Tant que l’enfant imite son parent qui, lui aussi, joue devant un écran, il remplit complètement sa mission d’apprentissage. Mais livré seul à la machine savante, il n’imite qu’un robot. Comme nous ne nous « construisons » que par imitation, je reste perplexe, vaguement inquiet quand même.

       Puisqu’il est tellement question aujourd’hui d’homme augmenté, cherchons prioritairement à augmenter l’environnement humain des petits humains, donnons-leur plus d’éducateurs, offrons-leur plus d’amis authentiques plutôt que virtuels, accordons aux parents plus de temps à consacrer à leur descendance. Un câlin est sans doute plus bénéfique qu’une séance de jeu de pouces sur une glace froide.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :