• Shakespeare 

     

     

    Dogberry & Vergès

    dans Beaucoup de bruit pour rien. 

     

    Porte-parole

     

    Dans son Que sais-je ?, Jean-Michel Déprats décrit, à juste titre, Shakespeare comme l’avocat de tous ses personnages. Il n’en privilégie aucun. Il leur accorde à tous les mêmes droits. « Il porte un regard égal sur chacun d’eux, aussi petit et insignifiant soit-il. » Même s’il fait plus souvent parler en vers les nobles et en prose les gens ordinaires, « il fait crédit à tous ses personnages et ne refuse à aucun les ressources de son éloquence. » Ainsi s’étonne-t-on de la perspicacité des plus humbles. Je soupçonne, pour ma part, Shakespeare d’avoir pris un malin plaisir à avoir fait dire aux « petits » des choses d’une pertinence si pointue qu’elle échappe même aux « grands » !

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :