• Les Sonnets  

     

     

    Les Sonnets,

    ou comment préserver du temps son joyau le plus beau.

     

                                              ‘Where, alack,

         Shall time’s best jewel from time’s chest lie hid ?’

                                                                                                 

                                          « Où peut-on seulement

         Mettre à l’abri du temps son joyau le plus beau ? »

     

                                                                     Sonnet 65

     

    Le temps se trahit lui-même, il est comme une mère qui dévorerait ses enfants les plus beaux. Devant cette fatalité, comment le poète fait-il face ? Sa réponse est avant tout poétique.  Mais cette réponse n’est pas seulement poétique.  Elle est l’œuvre elle-même : le poète s’engage par son écriture.  Étant lui-même acteur dans la tragédie qui se déroule et qu’il décrit, le rédacteur des Sonnets fait partie de « la pièce ».  Le poète dit ‘I’ et s’expose.  Le drame ne se joue pas à deux, entre le jeune homme à la beauté idéale et le temps, son ennemi, il se joue à trois, puisque le poète participe lui aussi à « l’intrigue ». Il se sent progressivement devenir responsable de la mémoire de W.H.  Il en assume la charge, par amour et aussi comme poète.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :