• Shakespeare

     

     

     

    La tragédie d’Ophélie 

     

    Ophélie, rejetée par Hamlet : 

     

    O, what a noble mind is here o’erthrown !

    The courtier’s, soldier’s, scholar’s, eye, tongue, sword :

    The expectancy and rose of the fair state,

    The glass of fashion, and the mould of form,

    The observ’d of all observers ; quite, quite down.

    And I, of ladies most deject and wretched,

    That suck’d  the money of his music vows,

    Now see that noble and most sovereign reason,

    Like sweet bells jangled, out of tune and harsh ;

    That unmatch’d form and feature of blown youth,

    Blasted with ecstasy : O, woe is me !

    To have seen what I have seen, see what I see ! 

     

    « Ah ! quel noble esprit tout à coup chaviré!

    Le courtisan, le soldat, le lettré ont perdu leur œil, leur langue, leur épée.

    L’espoir et la fleur de ce vénérable État,

    Miroir de l’élégance, modèle de distinction,

    Admiré de tous ; tombé si bas, si bas !

    Et moi, la plus misérable des femmes, rejetée comme aucune,

    Moi qui ai bu le miel de ses promesses comme une musique,

    Je découvre à présent cette noble et souveraine raison

    Qui tinte comme des cloches désaccordées et éraillées ;

    Ces traits inégalés d’une jeunesse éclatante

    Défaits sous le coup violent du délire : ah, malheur à moi !

    Avoir vu ce que j’ai vu, voir ce que je vois ! » 

     

                                        Hamlet, acte III, scène 1, vers 158-169. 

     

    Le spectacle de ce qu’Ophélie prend pour de la folie finit par la rendre folle elle-même et elle se suicide peu après.

       Ce qu’il y a de fascinant avec Shakespeare, c’est l’incroyable justesse des discours qu’il fait tenir à ses personnages. Ce monologue d’Ophélie ne prouve pas qu’Hamlet est fou ─ ce que certains analystes pressés ont cru ─, mais il montre qu’Ophélie le croit fou. Cela est dans la logique d’un Hamlet qui a prévenu qu’il allait se comporter de façon extravagante, et en même temps, cela donne une information précieuse sur Ophélie, rendue folle par mimétisme : son monologue est un long chapelet de comparaisons et d’exaltations du modèle (‘the mould of form’).

       Hamlet ne la rejette que pour l’épargner de ce mimétisme, et c’est cela même qui pousse Ophélie au sacrifice. La tragédie d’Hamlet n’est pas seulement la tragédie d’Hamlet, elle est aussi celle d’Ophélie.

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :