• Shakespeare

     

     

     

    Troïlus et Cressida,

    par la Hillcrest High School, 2013.

     

    Le désir comme la guerre 

     

    TROILUS, attendant la venue de Cressida : 

     

    ‘I am giddy ; expectation whirls me round.
     The imaginary relish is so sweet
     That it enchants my sense.  What will it be,
     When that the watery palate tastes indeed
     Love’s thrice reputed nectar ? death, I fear me ;
     
    Swooning destruction, or some joy too fine, 
     
    Too subtle-potent, tuned too sharp in sweetness,
     For the capacity of my ruder powers.
     
    I fear it much ; and I do fear besides,
     That I shall lose distinction in my joys ;
     As doth a battle, when they charge on heaps
     The enemy flying.
     

     

    « Je suis comme ivre, l’attente me fait tourner la tête.

    Ce que j’imagine de la jouissance est tellement délicieux

    Que cela enchante tous mes sens. Qu’adviendra-t-il

    Quand mon palais humide goûtera pour de vrai

    Ce nectar qu’on dit qu’est l’amour ? La mort, je le crains ;

    Une destruction à n’en plus finir, une joie trop pointue,

    Trop forte et trop subtile, trop fine et trop douce

    Pour mes capacités grossières.

    Je crains cela absolument ; et par-dessus tout,

    De perdre tout discernement au milieu de l’extase,

    Comme dans une bataille où l’on charge, sans faire le détail,

    Les ennemis en fuite… » 

     

                                                Troilus and Cressida,  act III, sc. 2, l. 18-29

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :