• Mimétisme

     

     

              Y a pas qu’ moi                        

     

    C’est curieux comme les « individus autonomes et sans attache », que tous prétendent être, nos contemporains, se retranchent derrière le mimétisme le plus ordinaire dès qu’ils se savent pris en faute ! Au lieu de se justifier, ou simplement de demander pardon, ils se réfugient « dans le groupe », pour se faire oublier croient-ils. Et ils lancent cette supplique, comme un sésame : « Y a pas qu’ moi… » La belle affaire ! J’ai souvent entendu mes élèves protester contre une sanction, qu’ils trouvaient évidemment injuste, en disant : « Je ne suis pas le seul dans la classe… » J’avais coutume de leur répondre : « Celui qui a tué quelqu’un sur la route et qui prétend ‘‘qu’il n’est pas le seul’’ a sûrement raison. On compte plusieurs milliers de morts sur les routes chaque année. Mais pour autant, cela ne le débarrasse pas de sa responsabilité. »

       Ce recours à l’anonymat est un réflexe révélateur. Il signifie : j’ai peur du jugement, je n’existe plus… Et pour disparaître, le meilleur moyen est de se noyer dans la masse. Le but est de renoncer à son identité, qui fait que l’on est soi et pas un autre. Dans la panique, on rêve d’être n’importe qui, absolument quelconque. Pourtant, s’il y a bien une chose devant laquelle on est seul, foncièrement seul, c’est bien sa culpabilité ! Alors, pour la fuir, on est prêt à abandonner sa personnalité, sa différence sacrée, on se met à adorer le mimétisme, jusqu’au caméléonisme.

       Devant sa mort comme devant sa faute, l’homme est seul. C’est pourquoi, sans doute, on parle de « jugement dernier ». Le christianisme, en « inventant » la culpabilité, n’a pas nui à l’homme, il l’a exalté dans ce qu’il a d’unique ; il l’a poussé jusqu’au dernier retranchement de la personne. Dommage pour les psychanalystes et leurs épigones plus ou moins talentueux, la culpabilité est un « chef-d’œuvre » de la civilisation. Ajoutons, pour être complet, que le christianisme a aussi « inventé » le pardon.  Deuxième principe difficile à appliquer.

     

                                                                                        

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :