• Persécution 

     

     

    Les exclus seront les élus 

     

    Les sacrifiés d’aujourd’hui sont l’avenir du monde. Les vagabonds en quête d’un territoire ─ on les appelle les « réfugiés » ─ sont les fondateurs de l’universel. Évidemment, personne n’en veut. Évidemment, ils sont rejetés, bannis, ils subissent toutes les violences, de la cupidité sans vergogne des passeurs véreux au mépris des Européens qui ne veulent pas les accueillir. Combien de morts, hier, dans les eaux mythiques de la mer Égée ? Les nouveaux gueux sont sales, ils sont pauvres, ils parlent étranger, ils ont peut-être des maladies, et ils trainent avec eux le danger du terrorisme, pensez donc ! Il n’y a pas plus pervers et tenace qu’un fantasme de peur. Les rassasiés ne veulent pas « accueillir toute la misère du monde ». Au nom d’un imaginaire Occident chrétien, les vagabonds sont rejetés à la mer. Jonas, déjà, dans la Bible… Nous reproduisons ainsi, sans le savoir, le sacrifice archaïque du bouc émissaire : il y a déjà assez de chômage chez nous… L’aberration n’aveugle pas les persécuteurs, car les persécuteurs sont toujours aveugles. C’est même à cela qu’on les reconnaît. Au nom de valeurs prétendues « sacrées », la violence s’exerce en toute bonne conscience. Sauf pour quelques-uns qui perçoivent le scandale. Le skandalon, mot grec justement, représente « tout obstacle placé sur le chemin et faisant tomber quelqu’un (une pierre d’achoppement, une occasion de chute), c’est-à-dire un rocher qui fait trébucher ». Le rocher, aujourd’hui, peut être une île grecque où des enfants syriens viennent mourir. Trop tard, Frontex n’est pas arrivée à temps. Trop peu de moyens, dit-on.

       « N’avez-vous jamais lu les Écritures ? » demande Jésus dans Matthieu, 22, 42. Et il rappelle le Psaume 118, verset 22 :

             « La pierre qu’avaient rejetée les bâtisseurs,

             C’est elle qui est devenue la pierre d’angle. »

       Il serait temps de nous rappeler notre culture chrétienne. Ne serait-ce que pour ne pas passer, éternellement, pour des imbéciles.

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :