• Humanité  

     

     

     

    La perte des liens 

     

    « L’appauvrissement des liens qui unissent l’homme à lui-même, aux autres et au monde devient un puissant générateur de demande de substituts hétéronomes. »    

                                                          Jean-Pierre Dupuy 

     

    Par « hétéronomes » nous devons comprendre « marchands ». Ce sont les objets de divertissement, les gadgets, les drogues, les médias, tous substituts de liens. Contradiction troublante, un substitut de lien est le contraire d’un lien. Le réseau global, le Web, Internet, Facebook et autre Twitter nous rapprochent-ils les uns des autres ou bien nous éloignent-ils ? Quand je parle pendant une heure avec ma fille aux États-Unis sur Skype, que je la vois en même temps que je lui parle, et que cela ne me coûte pas un centime, je m’émerveille de la petitesse de notre village global et de la puissance de la modernité. Pourquoi alors ne nous entendons-nous pas mieux ? Les réseaux fonctionnent, les techniciens ne sont pas en cause. Pourquoi adorer les liens virtuels et ne pas saluer son voisin quand on le croise dans la rue ? Pourquoi tant de communications faciles et si peu de contacts vrais ? Le corps, une fois de plus, est l’obstacle. De quoi avons-nous peur ? Pourquoi manifestons-nous tant de résistance à notre incarnation ?

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :