• Etat de la personne

     

     

     

    « À force de soucis » 

     

    Le souci, et singulièrement le souci de soi, est devenu la préoccupation première de nos contemporains individus autonomes et déculpabilisés. On appelle aussi ce souci inquiétude, instabilité, tracas, angoisse. Quelquefois, il est baptisé stress, anxiété, ou il est qualifié de dépression. Il y a des médicaments pour cela.  Ce mal est caractérisé par un sentiment de frustration quasi permanent, il affecte particulièrement les possédants, plus rarement les pauvres. C’est une maladie endogène, favorisée par l’environnement mimétique exacerbé de l’époque, que certains soignent… avec plus de compétition. Bien que ce mal-être soit vieux comme le monde, il est en passe de devenir le mal du siècle. Le Christ demandait déjà, il y a vingt siècles : « Qui de vous pourrait, à force de soucis, augmenter d’une coudée la longueur de sa vie ? » Propos rapportés par Luc (12, 25).

     

     

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :