• Education

     

     

     

    La musique bonne pédagogue 

     

    Les spécialistes font de plus en plus appel à la musique pour aider ou pour soulager des patients. Des chercheurs américains ont montré que des personnes atteintes d’un cancer étaient moins anxieuses si elles écoutaient régulièrement de la musique. Des chirurgiens diffusent des mélodies dans les salles d’opération, ce  qui détend et calme à la fois le personnel médical et le patient opéré. Des recherches sont en cours pour voir comment la musique pourrait être utilisée chez les personnes qui souffrent de troubles du langage. Des expérimentations sont aussi menées auprès de celles qui souffrent de dyslexie avec des résultats  prometteurs. La musique peut contribuer à lutter contre l’autisme. Des ateliers de musicothérapie sont proposés aux personnes souffrant d’Alzheimer. On fait entendre de la musique à des malades qui souffrent de troubles psychiatriques car le rythme et le son touchent la  sensorialité et la musique elle-même atteint le domaine affectif. La musique aide donc ces patients à surmonter leurs émotions et à retrouver un certain mode de communication. Plus généralement, la musique développe la mémoire. Des chercheurs de Hong Kong ont montré que des enfants qui suivaient des cours de musique réussissaient mieux que les autres des tests de mémoire.

       Voilà, en peu de mots, ce que les « spécialistes » découvrent aujourd’hui. Quand, il y a déjà plus de trente ans, j’ai introduit la musique systématiquement dans mes cours, je passais pour un original. On sait pourtant combien l’apprentissage d’une langue est formidablement soutenu par l’emploi de la musique. Pas uniquement pour « la musique de la langue », mais parce que la maîtrise du langage est plus qu’un processus rationnel, c’est aussi un processus émotionnel ─ et il n’y a rien de supérieur à la musique pour déclencher des émotions. J’accueillais mes élèves en musique, je lisais tous mes textes en musique, j’utilisais la musique pour l’apprentissage de rythmes, pour la relaxation, pour la mémorisation ─ déjà. Évidemment, je prenais de temps en temps ma guitare et nous chantions ensemble. Pourquoi le chant est-il à ce point méprisé dans notre enseignement ? Certains élèves m’ont aussi faire découvrir des musiques que je ne connaissais pas. Il y en a qui m’ont donné des cassettes à écouter pendant que je corrigeais leur devoir. Mon enseignement baignait dans la musique…

       Aucun inspecteur venu me visiter n’y a jamais prêté une attention particulière. Au mieux, j’étais un farfelu, mais pas méchant, pas dangereux pour les élèves. Je ne regrette rien.

     

    _______________________

    _______________________

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :