• Shakespeare 

     

     

    Shakespeare et les émigrés 

     

    ‘Grant them removed, and grant that this your noise

    Hath chid down all the majesty of England ;

    Imagine that you see the wretched strangers,

    Their babies at their backs and their poor luggage,

    Plodding tooth ports and costs for transportation,

    And that you sit as kings in your desires,

    Authority quite silent by your brawl,

    And you in ruff of your opinions clothed ;

    What had you got ?  I’ll tell you :  you had taught

    How insolence and strong hand should prevail,

    How order should be quelled ; and by this pattern

    Not one of you should live an aged man,

    For other ruffians, as their fancies wrought,

    With self same hand, self reasons, and self right,

    Would shark on you, and men like ravenous fishes

    Would feed on one another.’ 

     

    « Supposez qu’ils soient partis ; et admettez qu’avec votre tapage

    Vous aurez porté un coup à la grandeur de l’Angleterre.

    Imaginez que vous voyez ces misérables étrangers,

    Avec leurs bébés sur le dos, et leur maigre baluchon,

    Errant vers les ports et les côtes pour être embarqués ;

    Et que vous êtes là assis, heureux comme des rois,

    Tandis que l’autorité est réduite au silence par vos querelles.

    La nuque raidie, et drapés dans vos opinions,

    Qu’aurez-vous obtenu ? Je vais vous le dire : vous aurez démontré

    Comment l’insolence et la brutalité l’emportent,

    Comment l’ordre s’est imposé   mais ce faisant,

    Pas un seul d’entre vous ne fera de vieux os ;

    Car d’autres pillards, poussés par les mêmes illusions,

    Pour les mêmes raisons et revendiquant les mêmes droits,

    Se jetteront sur vous pour vous dépouiller, et comme des rapaces,

    Ils finiront par s’entredévorer. »

     

     

    Ce document est l’un des très rares écrits de Shakespeare dont nous pouvons légitimement penser qu’il a été rédigé de sa main. Ce texte appartient à une pièce de théâtre, à laquelle plusieurs auteurs ont contribué, intitulée Sir Thomas More. La pièce n’a jamais été représentée. Le texte a été miraculeusement conservé.

     

     

     

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :