• Déviance

     

     

    La dérision

     

    L’humour a à peu près disparu de nos pratiques. Il a été remplacé par la dérision, le deuxième degré (qui permet de dire n’importe quoi), la vanne, le bashing, la méchanceté loufoque (mais méchante quand même), autant de formes de persécutions qui dédouanent les persécuteurs à bon compte, LOL. Si vous voulez être franchement cynique, dites que c’est pour rire. Vous vous sentirez parfaitement innocent de votre crapulerie. Que les victimes soient des hommes politiques, des stars, des petits personnages qui passent comme des étoiles filantes dans la fureur médiatique qui brûle tout ce qu’elle consomme, que les cibles soient consentantes, trop heureuses qu’on parle d’elles, même si c’est pour en dire du mal, tout ce qui passe entre les mains des amuseurs publics est changé en bouillie. Cela est si peu drôle que les rires sont ajoutés aux shows et pour les live, les spectateurs sont promptés pour réagir sur commande ! Si quelque chose est bien dérisoire, ce n’est pas l’humour des comiques professionnels mais le vide de leur pensée. L’humour devrait être le produit de l’esprit Molière en savait quelque chose , mais justement l’esprit a disparu.

        « On ne fonde, on ne refonde, on ne restaure, on ne restitue rien sur la dérision », disait Charles Péguy. Il n’a jamais été autant d’actualité. Il n’a jamais non plus paru si loin de nous.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :